La Confrérie St Etienne tient chapitre sur la Grand Place

Hier la Confrérie St-Etienne Alsace s’invitait à la maison des Brasseurs à Bruxelles. Organisée par Association pour la promotion de l’Alsace en Belgique – APA, la Confrérie et avec le soutien, du Vins d’Alsace, la 15ème édition de la soirée Tradition et Grands Crus a investi la salle d’honneur de la maison des Brasseurs sur la magnifique Grand Place de Bruxelles. Clin d’œil entre deux produits nobles de fermentation. Sous la houlette du Grand Maitre 2018, Martine Becker, flanquée d’une délégation comprenant plusieurs anciens Grands Maitres et vignerons (David Ling, Pascal Schultz, Erwin Moser, Jean-Paul Goulby et Valérie Beyer) ainsi que le délégué général Eric Fargeas, une soixantaine de convives Belges ont découvert (ou redécouvert) les traditions de la plus ancienne confrérie vinique de France: L’art de la dégustation au travers des 5 sens, les caractéristiques des cépages et du terroir alsaciens qui les placent parmi les plus grands vins du monde. La Confrérie en a profité pour introniser entre autre Bernard Arnould, éminent journaliste et écrivain du vin et Jérémie Peyron, Consul général adjoint.

Le diner de haute volée présentait des accords vins et mets quelques fois surprenants mais toujours avec des vins de très grande qualité, parfois rares et presque tous bio: Du crémant extra brut de Becker jusqu’au rare riesling Sélection de Grains Nobles 98 de Seppi Landmann en passant par un sylvaner Grand Cru Zotzenberg aérien de Charles Wantz, un riesling d’une très belle pureté d’Emile Beyer, un pinot gris Rangen 2011 de Olivier Humbrecht d’une puissance incomparable et un gewurztraminer de Stenz-Buecher (Céline Koch) d’une belle élégance.

Rémy Bossert, président de l’Association pour la Promotion de l’Alsace et membre du grand conseil de la Confrérie de conclure que « l’Alsace du vin avait un avenir des plus radieux, pour au moins 3 raisons: Une association des Jeunes Vignerons d’Alsace très dynamique qui fait preuve d’un bel esprit d’équipe, quelque soit leur obédience, en raisonné, bio, biodynamique ou nature avec une réelle soif d’apprendre de l’autre; L’association des Les diVINes d’Alsace, regroupant des femmes, dont le Grand Maitre 2018, qui travaillent dans le vin et qui apporte une ouverture et une nouvelle sensibilité dans le vignoble. Et enfin, l’Alsace est le vignoble le plus biodynamique d’Europe et est bien parti pour le rester. L’humain, le savoir-faire et un terroir vivant, ce sont précisément les trois piliers de la nouvelle stratégie de communication du CIVA, redynamisé depuis l’arrivée de son nouveau directeur et de son équipe. »

Laissez un commentaire

Attention, votre tout premier commentaire sur ce blog sera soumis à validation. Inutile de poster deux fois dans ce cas...