Weinsommer à la représentation du Bade Wurtemberg

Résultat de la « wine battle » au Bade Wurtemberg: Si t’as pas les moyens, mets y de l’humain et de la passion…

Pour son Weinsommer, leur évènement phare de l’année, le Bade Wurtemberg avait invité l’APA à tenir un stand. Organisation exemplaire et impressionnante du Bade-Wurtemberg. Buffet énorme, orchestre, 500 invités triés sur le volet, auquel s’ajoutent 6 stands de leurs caves vinicoles où le vin coule à flot; la Champagne s’étant aussi invitée avec une centaine de bouteilles. Et nous APA avec un budget quasi nul, quelques kilos de charcuterie vraiment artisanale de chez Thierry Schweitzer, notre four à tarte flambée, quelques bouteilles de vins en biodynamie (merci Marie Zusslin), un costume de la Confrérie St Etienne, Cyril Brid de l’AAA (Agence d’Attractivité d’Alsace) et quelques bénévoles. Il faut alors être original et faire le spectacle pour attirer l’attention, les photographes, un ministre, un commissaire européen… Et on a alors le temps de leur expliquer nos produits, notre démarche, notre Alsace, verre en main. Et quel plaisir d’être écouté et de pouvoir partager sur les sols vivants, les levures indigènes, le terroir ou les lieux d’énergie. Et surtout cette phrase mainte fois entendue au cours de cette longue soirée : « Nous revenons au stand Alsace car vos vins sont magnifiques et vous en parlez avec tellement de passion ». Mais je n’étais modestement, l’espace d’un soir, que le messager de nos grands vins d’Alsace.

Ce n’est pas tous les jours que je m’invite à une tribune. Lors de la cérémonie d’ouverture du Weinsommer, devant 500 personnes et après les discours de Guido Wolf, ministre des affaires européennes, Phil Hogan, commissaire européen à l’agriculture, François Werner, vice-président de la région Grand-Est, Hermann Hohl président de l’association viticole du Bade-Wurtemberg (23,000 vignerons), je ne pouvais pas rater l’occasion (certes en faisant un peu le forcing) de prendre la parole pour présenter, dans la langue de Goethe, la Confrérie St Etienne et les particularités des vins d’Alsace: son climat, sa complexité géologique et ses terroirs uniques, ses hommes et bien-sûr sa forte tendance au bio. Et de prolonger la conversation en tête à tête avec le commissaire et même de pousser la chansonnette avec le ministre : « senga eins, trinka eins… ». 







Laissez un commentaire

Attention, votre tout premier commentaire sur ce blog sera soumis à validation. Inutile de poster deux fois dans ce cas...