142 compétiteurs pour le challenge Alsace de golf

Le drapeau alsacien flotte sur le golf de la Tournette

Le drapeau alsacien flotte sur le golf de la Tournette

L’APA organisait sa désormais traditionnelle compétition de golf « Challenge Alsace » dimanche passé sur le golf de la Tournette. Une fois de plus l’épreuve affichait complet preuve que l’Alsace, ses golfs, sa gastronomie et son offre touristique attirent les golfeurs belges qui ont bataillé ferme pour remporter l’un des vingt prix exclusivement ‘made in Alsace’.

Olivier Barry chez les hommes et Annick Declercq-Kloppert l’ont emporté dans la série 1. A noter que Philippe Maetz, alsacien et membre de l’APA, a remporté le 2ème prix dans sa catégorie, ce qu’il a pu fêter dignement lors de la remise des prix, au crémant et à la tarte flambée, évidemment. Remerciements à nos fidèles et généreux partenaires sans lesquels cet évènement annuel ne pourrait avoir lieu:

Golfs in Alsace
Hôtel restaurant Cour d’Alsace
à Obernai
Hôtel Restaurant Au Boeuf Rouge à Niederschaeffolsheim
Golf du Kempferhof à Plobsheim
Domaine Valentin Zusslin à Orschwihr
Hôtel Best Western à Strasbourg
Maison Boeckel à Mittelbergheim
Hôtel-Restaurant Cheval Blanc à Westhalten
Golf de Soufflenheim
Golf link Alsace à Rouffach
Hôtel restaurant chez Julien à Fouday
Restaurant A la ville de Lyon à Rouffach
Hôtel Diana à Molsheim
Hôtel St Nicolas à Riquewihr
Hôtel du Bollenberg à Westhalten
Hostellerie aux deux clés à Biesheim

Golf « Challenge Alsace » ce dimanche 15 mai

Notre traditionnelle compétition de golf aura lieu le dimanche 15 mai sur le superbe parcours du chateau de la Tournette (au sud de Bruxelles), compétition en Single Stableford.

Inscrivez vous vite à un tarif plus que préférentiel. Et pour tous les membres APA, rejoignez nous à 18.30 pour la remise des prix et le cocktail alsacien (crémant et tartes flambées de la Ferme Adam à Wahlenheim) qui aura lieu dans le club-house du golf. Renseignements et inscriptions: remy.bossert(a)gmail.com

Remercions d’ores et déjà tous nos partenaires Alsaciens pour cet évènement:

Golfs in Alsace
Hôtel restaurant Cour d’Alsace
à Obernai
Hôtel Restaurant Au Boeuf Rouge à Niederschaeffolsheim
Golf du Kempferhof à Plobsheim
Domaine Valentin Zusslin à Orschwihr
Hôtel Best Western à Strasbourg
maison Boeckel à Mittelbergheim
Hôtel-Restaurant La Cour de Lise à Willgottheim
Hôtel-Restaurant Cheval Blanc à Westhalten
Hôtel restaurant chez Julien à Fouday
Restaurant A la ville de Lyon à Rouffach
Hôtel Diana à Molsheim
St Nicolas à Riquewihr
Hôtel du Bollenberg à Westhalten
Hostellerie aux deux clés à Biesheim

Conférence-débat : le couple franco-allemand et le projet européen, entre nouvelle rivalité géopolitique et coopération

La conférence-débat co-organisée par l’Association pour la Promotion de l’Alsace en Belgique et le Bureau Alsace Europe s’est déroulée le 18 février regroupant une trentaine de personnes dans les locaux de la Maison Alsace. Le conférencier Pierre-Emmanuel Thomann, Docteur en géopolitique, a abordé la question de la construction européenne et des relations franco-allemandes sous un éclairage nouveau, se basant notamment sur de nombreux visuels cartographiques.

ConferenceLe couple franco-allemand est central pour le succès du projet européen, et à partir d’un diagnostic sur l’histoire de la construction européenne et les crises actuelles, la présentation a donné des clés d’analyses pour les perspectives d’avenir de l’Union européenne. Cette grille de lecture géopolitique a suscité un débat sur la perception et la nature politique du projet européen. Paul Collowald, 92 ans, doyen de l’APA, témoin et acteur de la construction européenne qui a vu « naitre l’Europe », a notamment évoqué « l’Europe différenciée » préconisée déjà par Pierre Pfimlin, alternative au « noyau dur » européen. D’autres interrogations ont été soulevées sur les enjeux, les défis et la stratégie à adopter face aux crises institutionnelles et migratoires actuelles. Les échanges d’idées se sont ensuite prolongés autour de quelques bouteilles de crémant et vins d’Alsace.

Cocktail de nouvel an des alsaciens et lancement de la quinzaine gastronomique

voeux2016

Monica Neve recevant le chèque de Rémy Bossert (avec René Monnet et Yves Deflandre)

Le 14 janvier dernier, dans la superbe salle de la maison des Brasseurs sur la Grand Place, l’APA a organisé son cocktail de nouvel an et en a profité pour lancer la quinzaine gastronomique alsacienne sur la Grand Place.
Les vœux que j’ai formulés à cette occasion et en cette période un peu trouble, étaient somme toute universels:

  • A l’obscurantisme j’oppose l’humanisme, cet humanisme rhénan inscrit dans l’ADN de l’alsacien.
  • Au terrorisme j’oppose le « terroirisme » c’est-à-dire la promotion des produits du terroir, notre artisanat et patrimoine culinaire, la gastronomie qui fait partie de notre culture. « Bon, propre et juste » pour reprendre la devise du mouvement Slow Food. Le « terroirisme » c’est aussi ce sentiment profond d’appartenir à une entité géographique, à sa culture et à ses traditions, avec la volonté de les faire vivre et de les transmettre. Même si elle ne sera plus région, l’Alsace reste notre « terroir », notre Heimat.
  • Aux « Plaisirs d’hivers » de la place St Catherine à Bruxelles, ce vaste espace consumériste, souvent de produits bas de gamme « made in china », j’oppose la tradition des vrais marchés de Noël. Comme celui que nous avons tenu place Flagey avec des vrais produits d’artisanat, les dizaines de kilos de « bredala » (petits gâteaux au beurre) confectionnés par nos membres, etc. Et comme le veut la tradition, nous avons reversé les bénéfices à l’association Nativitas qui œuvre pour les plus démunis dans les Marolles. Je souhaite à tout le monde de rencontrer au moins une fois la dynamique Monica Neve dans sa Bicoque de la rue Haute.
  • A la « junk food » de la rue des pitas ou de la rue des Bouchers, j’oppose ces quelques trop rares restaurants autour de la Grand Place où il y a encore un vrai chef en cuisine. Alors pour que l’îlot sacré ne devienne pas un îlot massacré,  nous organisons depuis quelques années cette Quinzaine alsacienne en partenariat avec le groupe Accueil et Tradition qui regroupe la Rose Blanche, les Chapeliers, le ‘T Kelderke, l’estaminet du Kelderke, La Brouette, Chez Vincent et la Taverne du Passage : Du 22 janvier au 7 février, allez-vous régaler avec parents et amis en choisissant parmi la douzaine de plats alsaciens qui s’inspirent de recettes du chef étoilé Michel Husser (Le Cerf à Marlenheim) avec des produits de qualité en provenance directe d’Alsace. Et parce que nous essayons d’associer un volet caritatif à nos manifestations, pour chaque plat ou bouteille consommés, le groupe Accueil et Tradition versera un euro à l’association Nativitas.

Et lors du cocktail nous avons pu nous régaler avec la choucroute bio de Frieh, les charcuteries de Metzger-Muller, les tartes flambées de la ferme Adam et les vins bio de la maison Boeckel. Merci pour leur générosité.

En 2016, continuons donc à poser des actes militants : pour notre gastronomie authentique, nos vins d’artisans, notre culture et notre terroir.

La Confrérie St Etienne d’Alsace tient son Chapitre solennel à bruxelles

confrerie2015Début décembre, j’ai fait venir la Confrérie St-Etienne Alsace pour un des deux seuls chapitres qu’elle tient en dehors de son château de Kientzheim en Alsace. Pour cette 12ème édition au royaume de la bière, quoi de plus symbolique que de tenir chapitre et promouvoir le vin d’Alsace au… musée de la bière sur la Grand Place de Bruxelles (d’ailleurs le dernier salon Vini, Birre, Ribelli a prouvé combien vins et bières faisaient bon ménage).
Le député des français de l’étranger, Philip Cordery, a été intronisé confrère d’honneur. Déjà adepte des vins bio et natures, il m’a promis que le sylvaner, riesling et gewurz couleraient à flots dans l’hémicycle. Une soixantaine de convives ont été initiés à la diversité des terroirs et vins d’Alsace et, lors du diner de gala, ont pu déguster quelques grands crus du Grand Maitre 2015 Bruno Schloegel (domaine Lissner) mais aussi des maisons Wantz, Charles Baur, Becht et Paul Buecher, le tout agrémenté d’intermèdes musicaux interprétés avec beaucoup de sensibilité par l’artiste belge Fanchon Daemers.
En cette période un peu trouble, je n’ai pu m’empêcher de conclure la soirée par ces quelques mots: « Alors que les grands de ce monde sont actuellement à la COP21, résoudre le problème ‘des climats’ (le réchauffement mais aussi celui d’angoisse que certains vivent ces dernières semaines) passe par des gens connectés à la nature, comme nos vignerons de ce soir, par cette Alsace viticole, berceau de la biodynamie et à la pointe du bio mais aussi par une prise de conscience collective et humaniste et surtout par des actes. En étant présent ce soir, vous posez inconsciemment un acte militant: pour notre culture, notre convivialité, notre gastronomie et pour nos vins d’artisans, authentiques, vivants et qui exaltent leur terroir. Mais il faut faire plus, chacun à son niveau, au quotidien et, comme dirait Pierre Rahbi, ‘faire notre part’. »

Rémy